La structure du cerveau

La structure du cerveau VS la gestion de l’agressivité

Cerveau primaire

Le cerveau primaire, appelé cerveau primitif, archaïque ou reptilien, est un cerveau de très petite taille qui s’est constitué au cours de l’ère secondaire. Comme le précise Chalvin (1986, p. 25), il correspond chez l’homme aux systèmes nerveux du tronc cérébral. Il est le siège des comportements qui concernent la survie et la conservation, des comportements qui s’expriment par des gestes automatiques, des itinéraires fixés à l’avance et des répétitions. » Extrait de: Colette Portelance. « Relation d'aide et amour de soi. »

C’est se cerveau qui génère les pulsions primaires comme la pulsion sexuelle ou la pulsion d’agressivité. Gérer l’agressivité à ce niveau, c’est intervenir sur les situations pour empêcher qu’un signale déclencheur soit envoyé au cerveau primaire (ex. Mettre en pause une discussion qui est insatisfaisante) ou retenir les pulsions déclenchées si le signale a déjà été émis (ex. prendre un pas de recul ou de profonde respiration pour que le signale déclencheur cesse d’être émis).

Cerveau viscéral

Le cerveau viscéral, d’après une appellation de Paul D. Mac Lean, est aussi appelé système limbique, cerveau ancien ou paléocortex. C’est le cerveau des anciens mammifères. Situé à la base du cerveau, près du cortex, et superposé au cerveau primaire, il comprend d’après Chalvin (1986, p. 26) les centres qui ne font pas partie du cerveau supérieur, soit: l’hippocampe, l’amygdale, le septum, le gyrus cingulaire et le gyrus hippocampique. C’est le cerveau de la vie émotionnelle et imaginaire, de l’adaptation, de la motivation, du changement, de la mémoire à long terme et de l’expérience évaluative. Extrait de: Colette Portelance. Relation d'aide et amour de soi.

C’est ce cerveau qui est le siège de l’émotion, il est le cœur du fonctionnement de l’être humain sur le plan affectif et relationnel. Gérer l’agressivité à ce niveau, c’est intervenir sur la gestion des émotions, la maturité et l’autonomie affective.

Cerveau supérieur

Le cerveau supérieur ou néocortex est beaucoup plus volumineux que les deux autres, qu’il domine largement. D’après Chalvin (1986, p. 30), il est le signe de la supériorité de l’homme sur l’animal en ce sens qu’il est le cerveau du langage, de l’abstraction, de l’organisation de la pensée, des associations d’idées. C’est, ajoute-t-il, le cerveau de la pensée rationnelle et du conscient qui, à partir des données qu’il reçoit, qu’il analyse et qu’il accumule, élabore les raisonnements, structure les images produites par le cerveau viscéral et organise l’action. Gouvernant la pensée rationnelle, il agit comme un ordinateur, c’est-à-dire avec absence de sensibilité et de cœur. » Extrait de: Colette Portelance. « Relation d'aide et amour de soi. ».

Gérer l’agressivité à ce niveau, c’est intervenir sur notre interprétation des situations, c’est augmenter notre capacité à créer des solutions, c’est bonifier notre capacité de communication, c’est désamorcer les situations.

< Précédent
Suivant >